L’indépendance financière est un rêve pour de nombreux Français. Si ce rêve peut se transformer en réalité, il sera pourtant difficile de le réaliser en restant dans la rat race. Cauchemar de ceux qui cherchent l’épanouissement, je vous explique surtout comment la quitter !

Rat race : de quoi s’agit-il ?

Cette expression anglophone définit le système dans lequel nous sommes engrenés, sans réellement évoluer. La Rat Race décrit ainsi une boucle sans fin dans laquelle nous courons sans en voir le bout. Le terme est directement inspiré de l’activité des rats enfermés dans une cage : il décrit un mode de vie propre à l’ère actuelle, dans laquelle le salariat est le modèle le plus courant. Démocratisée grâce au best-seller « Père riche, Père pauvre », l’expression rappelle que celui qui vit dans le système salarial le « subit ».

Si, à première vue, il est difficile de faire le rapport, la comparaison est assez simple : le salarié ne travaille plus que pour obtenir sa paie, payer ses factures, assumer des dépenses fixes, et s’affranchir de ses impôts. Cette roue infernale dans laquelle nous courons indéfiniment nous maintient au même stade pendant des années, voire des décennies, sans que l’on ait de réelles possibilités d’avancer. Le terme « Rat Race » correspond à une vie subie dans le but de s’offrir des biens de consommation sans plus d’opportunités d’élargir ses horizons.

Comment s’épanouir au sein de la Rat Race ?

Pour la plupart des personnes qui vivent dans ce système, la Rat Race est à l’origine de nombreuses frustrations. La perspective de vivre uniquement pour remplir des obligations et s’accommoder des contraintes n’est pas pour ravir les plus engagés. Si certains parviennent à y trouver leur compte, la Rat Race n’offre pas des conditions idéales pour tout le monde. La simple association du lundi à une forme de torture et l’attente du week-end est une preuve de cette incompatibilité avec les attentes et la réalité du système.

Il est cependant faux d’affirmer que personne ne peut s’épanouir en restant salarié : il n’est pas rare qu’une personne lancée dans la Rat Race trouve des moyens de se développer et de s’affirmer. Dans la grande majorité des cas toutefois, les salariés préféreront rester dans ce système par nécessité financière. Les codes sociaux actuels nous dictent également d’intégrer ce système et de tout faire pour y rester confortablement.

Devant des réalités qui ne correspondent pas à leurs attentes, les salariés font face à une déception plus ou moins marquée. Les jeunes générations sont particulièrement sensibles à ce phénomène : beaucoup ont du mal à vivre leur insertion dans la vie active, et semblent désorientés par ce que le système a vraiment à offrir. Cette sensation de se complaire dans un travail qui ne répond pas à leurs espérances est également commune à de nombreuses couches sociales ayant pourtant trouvé leur place dans l’engrenage professionnel.

Des nouveaux stagiaires déroutés par la routine aux pères de famille travaillant uniquement pour assumer leurs responsabilités, la déception est presque invariablement présente. Il ne s’agit pas de pointer du doigt le salariat, qui continue à avoir ses avantages : je souligne juste que la situation est souvent inconfortable pour les travailleurs qui choisissent d’y rester par manque d’options. La Rat Race nous permet uniquement de subvenir à nos besoins élémentaires, de façon cyclique : une mécanique dans laquelle nous restons parfois jusqu’à la retraite, uniquement parce qu’elle peut sembler plus confortable.

L’objectif de quitter la Rat Race, c’est tout mettre en œuvre pour sortir d’un cercle vicieux. En France comme ailleurs, il faut faire preuve de volonté pour se détacher d’un système prenant, générateur de souffrances, et dans lequel nous nous sentons piégés.

Comment sortir de la rat race ? Nos conseils & astuces utiles

« Subir » le système : une réalité pour beaucoup

Dans ce système qu’on subit par habitude ou résignation, le désir d’action est inhibé : le salarié ne peut songer à lutter ou à fuir une mécanique qui le « garde en sécurité ». Pour beaucoup, quitter la Rat Race est inenvisageable : bien qu’ils perçoivent le système comme insatisfaisant, l’idée de s’aventurer en dehors engendre trop d’incertitudes.

Contrairement à ce que l’on pense, il y a pourtant des options envisageables pour quitter la Rat Race. Pour entrevoir ces solutions, il est indispensable d’avoir le bon mindset (état d’esprit), mais aussi les bonnes connaissances. Si le système est souvent subi, il reste possible de s’en défaire en usant des bonnes armes.

Y-a-t-il des risques à rester dans la Rat Race ?

Plus d’un salarié trouvera dans la Rat Race un environnement dans lequel il n’aura pas de mal à trouver sa place. Une grande majorité aura le sentiment inverse, et fera face à des situations qu’elle aura du mal à surmonter.

Les risques des 3 B

On entend depuis quelques années le terme « burn out » : il désigne l’excès de travail menant à un « pétage de plomb ». Soumis à des pressions et à des attentes qu’il ne parvient pas à contenter, le salarié « craque » et se retrouve dans un état d’épuisement physique, au point que le burn-out a récemment été reconnu comme une maladie professionnelle par l’OMS. Cet état est sans doute le plus connu parmi les symptômes de l’insatisfaction au travail.

Vient ensuite le « bore out », littéralement traduit comme « l’ennui au travail ». Autre syndrome d’épuisement professionnel, cet état se présente comme un trouble psychologique à l’origine de symptômes physiques. Causé par le manque d’activité au travail et l’ennui généralisé, le bore out représente des risques majeurs pour la santé.

Le brown out complète les 3 B : ce terme désigne le fait de ne trouver aucun sens ni motivation à son travail. Le brown out touche des salariés de tous niveaux, ayant ou non de l’expérience dans leur activité.

La notion même de brown out nous rappelle que la démotivation au travail et le sentiment d’inutilité sont facteurs de stress et d’angoisse, couramment associée à une faible estime de soi et à une envie de changer d’environnement.

Comment quitter la Rat Race ?

C’est LA question que de plus en plus de Français se posent. Une fois qu’on en a pris conscience et qu’on a pris la décision, sortir du système s’accompagne obligatoirement d’un plan d’action. Dans cette démarche, il est important de rester réaliste : toute option ne comporte pas que des avantages et doit être envisagée avec un esprit pratique.

L’indépendance financière, un objectif à portée de main

L’activité de rentier doit être accompagnée d’un plan d’épargne. Vous ne pouvez penser à quitter définitivement la rat race sans avoir un capital suffisant pour subvenir à vos besoins au cours des premiers mois. Par la suite, cette capacité à mettre de l’argent de côté restera indispensable pour mener votre barque et éviter le piège de la dette. Prévoyez une épargne à hauteur de 30% de vos gains : en adoptant cette habitude, vous vous créez aisément un capital dont vous pourrez disposer en cas de besoin.

Lorsqu’on envisage de quitter la rat race, on est confronté à la peur de l’inconnu et aux impacts que cette décision aura sur nos finances. La question est légitime, mais de nombreuses pistes sont envisageables pour se constituer des revenus. Cette indépendance peut s’obtenir par exemple en devenant rentier grâce au web. L’alternative séduit, car elle peut être adoptée par un large pan de la population : il n’est en effet pas nécessaire d’avoir des fonds conséquents pour s’établir rentier sur le web ! Il vous faut seulement de l’initiative et la motivation de monter un business en ligne rentable.

Comment sortir de la rat race ? Nos conseils & astuces utiles

Devenir rentier sur internet

Cette solution est retenue par des gens qui ne disposent pas forcément d’un capital de départ, mais qui ont la volonté d’évoluer dans un environnement moins contraignant que le salariat. Toutefois, devenir rentier sur internet ne se fait pas sans une première formation, ni sans une certaine connaissance des principes de l’économie. Maîtriser les bases de la finance sera essentiel et vous aidera à aborder sereinement cette nouvelle activité.

Pour devenir rentier sur internet, vous devez être en mesure de définir vos objectifs financiers et établir un plan d’action en conséquence. Gardez en tête que vous n’obtiendrez pas tout de suite des gains mirifiques, mais qu’ils augmenteront assez rapidement dès que la machine sera lancée. Notez également que votre niveau de vie et vos besoins influenceront les gains espérés par votre nouvelle activité. Si certains s’établissent rentiers dans l’objectif de gagner 4000€ par mois, d’autres se lancent dans l’espoir de gagner 5 fois plus.

Pour obtenir cette liberté financière, il sera essentiel de sortir de votre zone de confort. Il n’est pas possible d’évoluer sur la toile sans remise en question régulière de vos décisions. Cette attitude est d’ailleurs primordiale pour quitter la rat race de façon définitive. Les solutions qui semblent les plus évidentes ne seront pas toujours les plus intéressantes : que ce soit d’un point de vue économique ou pratique, vos décisions devront être pensées et analysées dans les détails.

Le revenu passif : un moyen de quitter la rat race

On peut penser que la solution convient uniquement aux adeptes du moindre effort, mais c’est faux. Elle nécessitera en effet un gros effort de départ pour lancer votre affaire avant de pouvoir en tirer des bénéfices passifs. Vous pouvez dans un premier temps vous lancer sur le web en parallèle de votre activité salariale, et basculer progressivement de l’un à l’autre au fur et à mesure que vous gains automatiques augmentent. Il s’agit en effet de commencer par créer une activité à partir de rien (ou de très peu) et la faire “monter” à la force du poignet, sans investir d’argent (ou très peu), avec comme objectif un retour sur investissement rapide et rentable.

Si l’investissement financier n’est pas une obligation, l’investissement en temps le contrebalancera, mais cette fois-ci, vous investissez votre propre temps pour faire “travailler” votre propre activité. Vous ne “vendez” plus votre temps à une tierce personne ! En devenant blogueur, domaineur, influenceur, e-commerçant, dropshipper, en réinvestissant judicieusement vos gains et en sortant du cercle infernal de la dette, vous parviendrez à la liberté financière.

Bien qu’un revenu passif puisse vous offrir un complément de revenu intéressant, voire vous éviter de travailler à terme, il n’offre pas obligatoirement la sécurité du travail. C’est à vous de peser la décision : le confort de la rat race, ou le risque de la liberté ?