Faut il quitter un emploi stable ?

Hier soir j’ai vu un documentaire sur les oiseaux migrateurs :

Ils volent toujours par groupes de 10 à parfois 10 000. Ils sont
souvent en triangle avec à la pointe un oiseau dont la mission est de
briser la résistance au vent. Cela permet aux autres qui sont derrière
de moins s’épuiser, sinon ils n’auraient pas assez d’énergie
pour terminer leur migration.

Si je vous parle de ça aujourd’hui, c’est que vous devez faire
comme ces oiseaux !

Certains salariés utilisent la même stratégie que les oiseaux
migrateurs :
Ils ne veulent pas prendre de risque et attendent qu’un chef de file
se présente avec une idée pour le suivre.

Mais ils ont mal observé ces oiseaux migrateurs.

Car en réalité les volatiles changent souvent de place dans la
formation. Par intervalles rapprochés, l’un des oiseaux placés à
l’arrière s’échappe et prend la tête pour donner une chance au
meneur d’aller se reposer à l’arrière.

Et cela ne s’applique pas quand vous êtes salarié.
Parce que vous suivez la tête de file et travaillez pour lui. Vous ne
souhaitez pas vous mettre en avant pour éviter le risque et la
critique.

Malheureusement, si vous suivez le mauvais oiseau vous finissez perdu.

Car la société doit licencier des milliers de personnes. Or, la
plupart d’entre elles ne méritent pas forcément cela, car elles
suivaient simplement les ordres. Mais elles ont simplement suivi le
mauvais oiseau et en paient les conséquences.

Et comme il y a 63 000 faillites d’entreprise par an en France, les
dégâts sont colossaux.
D’ailleurs, il n’y a pas que les salariés qui se contentent de
suivre le mouvement.

Prenons un exemple simple : le marché du disque .

Beaucoup de maisons de disque travaillent dur pour faire pareil que
celles qui ont le plus de succès. Du coup, les prix, les politiques
commerciales, les contrats ou encore les emballages sont les mêmes
partout.

En faisant cela, elles évitent la critique et suivent le troupeau.

Mais…

Lorsque le marché évolue et que la technologie change, elles se
retrouvent toutes à la rue.
Elles ne sont pas habituées à innover et paniquent.
Du coup, la RIAA (association aux États-Unis qui rassemble les
principales maisons de disque) dépense des millions de dollars en
lobbying auprès du Congrès pour que la loi ne change rien dans leur
domaine .

Mais à la longue, elles échoueront. Elles ne pourront pas empêcher le
monde d’évoluer, même en achetant l’influence du Congrès.

Comment appliquer ce conseil ?

Regardez autour de vous Baptiste.
Que font la plupart des gens que vous côtoyez ?

(La suite juste en-dessous…)

C’est simple :

  • Ils choisissent de faire un travail salarié pour avoir un salaire qui
    tombe tous les mois. Si l’entreprise qui les emploie va mal, ils font
    l’autruche et se disent que ça va aller sans chercher de solution
    alternative.
  • Ils savent également qu’ils n’auront probablement pas de retraite
    ou alors une pension ridicule… mais ils ne préfèrent pas y penser en
    se disant que ce n’est pas possible et que ça n’arrivera pas (ou
    alors pour la prochaine génération).

Est-ce que vous voulez faire pareil Baptiste ?

Probablement pas ❌.
Et c’est pour cette raison que vous devez lancer votre projet.
Vous devez encaisser vos revenus complémentaires ET automatiques chaque
mois.
Pour assurer un bel avenir à VOUS et à vos enfants.

Ça doit être votre priorité, et c’est comme ça que vous deviendrez
un leader.
Ne faites pas comme tous les suiveurs qui pensent que prendre des
risques est dangereux… alors que c’est leur passivité qui risque de
causer leur perte.

Lisez chaque mail que vous je vous envoie, cela vous donnera les bases
pour vous lancer et encaisser vos premiers 373€.

C’est maintenant à votre tour de passer à l’action …
Et de réaliser vos premières ventes !

*** À RETENIR : Si vous souhaitez obtenir des
résultats différents des autres, vous ne devez pas faire la même
chose qu’eux. Vous devez savoir prendre des risques et vous mettre en
avant pour ENFIN lancer ce projet qui vous tient à coeur et obtenir des
revenus complémentaires dès aujourd’hui.