Comment ne plus avoir la peur de l’echec et de la critique

Nous allons parler d’un sujet sérieux.
Car il vous concerne directement.

Vous lisez chaque jour ces mails remplis de conseils .
Votre ambition est intacte : vous souhaitez toucher sur votre compte en
banque des revenus complémentaires.

Et chaque jour, vous en apprenez davantage sur le sujet.
Mais vous avez quelque chose en vous qui vous bloque. Impossible de
passer à l’action. C’est comme si votre inconscient vous retenait
sans que vous en rendiez compte.

Et l’objectif de cet article, c’est de stopper dès aujourd’hui ce
blocage.

  • Car beaucoup ont en eux cette peur au ventre :
    “Est-ce que je dois vraiment faire ça ou plutôt rester encore 25
    ans à faire mon travail en attendant la retraite ?”.
  •  “Est-ce que je ne fais pas une erreur en m’intéressant au fait de
    gagner de l’argent en ligne alors que je pourrais regarder la télé
    comme tout le monde” ?.
  •  “Mais si ça marche vraiment, tout le monde le ferait. Est-ce que je
    vais vraiment y arriver ?”.

Et j’en passe !
Mais je vais vous rassurer tout de suite. C’est normal que vous ayez
toutes ces pensées dans votre tête. Ce n’est pas de votre faute.

Car selon Seth Godin, cela vient en fait de l’éducation que vous avez
reçue à l’école comme il l’explique dans son livre “La vache pourpre”.

Les écoles sont dirigées comme des usines .

Les enfants doivent être en rang, ils sont rassemblés en lot (que
l’on appelle “classe”) et les profs font de leur mieux pour
éviter les pièces défectueuses. Personne ne doit se démarquer,
prendre les devants ou rester en arrière. Et encore moins faire de
grabuge.

Il faut jouer prudemment et suivre les règles.
C’est le meilleur moyen d’éviter l’échec.

Mais malheureusement, ce n’est vrai qu’à l’école.
Car dans la vraie vie, ces règles causent votre échec.

Si vous vous lancez dans un domaine où il y a déjà énormément de
concurrence et que vous faites la même chose que tout le monde, vous ne
réussirez pas, car vous passerez inaperçu.

Dans son livre “Marketing Outrageously”, Jon Spoelstra remarque 2
choses

  • Quand les temps sont durs, vos collègues et patrons vous expliquent
    que vous ne pouvez pas vous permettre de vous démarquer, car il ne faut
    pas vous tromper en cette période. Bref, vous restez prudent.
  •  Quand les choses vont bien, ils vous expliquent que vous ne devez rien
    faire, car vous avez les moyens d’être prudent et de jouer sans
    risque.

Et c’est plus simple pour eux de voir les choses comme ça.
Car vous ne faites que suivre ce qui se fait déjà.

De votre côté, vous aurez un choix à faire : soit prendre le risque
d’être invisible (faire un métier comme tout le monde) soit faire
preuve d’originalité (vivre de vos revenus sur internet).

(La suite juste en-dessous…)

Prenons un exemple :
Selon le New York Times, Amsterdam Avenue compte 74 restaurants sur
quelques centaines de mètres. Mais ils sont tous ordinaires. Alors oui,
ils servent la cuisine de 20 ou 30 cultures différentes, mais aucun
n’est remarquable ou original.

Cela s’explique simplement : l’entrepreneur qui a ouvert son
restaurant a dépensé beaucoup d’argent pour en arriver là. Il ne
veut pas prendre de risques supplémentaires, car il pourrait recevoir
des critiques.

Et c’est ça le problème : la peur d’être critiqué .

Car on vous a expliqué dès votre entrée dans l’école qu’être
critiqué était synonyme d’échec. Que vous ne deviez pas vous faire
remarquer sinon vous finissiez dans le bureau du directeur.

Prenons maintenant l’exemple inverse, celui d’Andrew Weil .
Il fréquentait l’école de médecine de Harvard. D’ailleurs le
programme de cette école était déjà le même qu’aujourd’hui. Et
son but n’est pas de remettre en question le milieu médical, mais de
former des médecins.

Finalement, le Dr Weil a choisi de suivre son propre chemin et s’est
lancé dans les méthodes naturelles et préventives. Pour faire simple,
il a révolutionné la conception américaine de la santé.

Au départ, tous ses amis le prenaient pour un fou. On lui disait
qu’il faisait une énorme erreur. Qu’il allait le regretter.

Mais aujourd’hui, il a la satisfaction d’avoir accompli quelque
chose de grand. Et en plus il est devenu très riche.

Bref. Vous comprenez maintenant pourquoi vous ne devez pas avoir cette
peur au ventre.
Ce n’est que le souvenir de ce que vous avez appris à l’école qui
remonte.
Et si vous vous laissez envahir par ce sentiment, cela vous bloquera et
vous resterez dans l’échec.

Prenez de la hauteur et lancez-vous dans votre projet .
Si cela a fonctionné pour moi, pourquoi cela serait différent pour
vous ?

C’est maintenant à votre tour de passer à l’action …
Et de réaliser vos premières ventes !

**** À RETENIR : Quand on veut développer des
revenus en ligne on a souvent la peur au ventre au départ. On se pose
beaucoup de questions pour savoir si l’on ne fait pas une erreur. Mais
cela remonte à ce que vous avez appris à l’école, et
malheureusement cet enseignement cause l’échec de beaucoup de
personnes dans leur vie personnelle et professionnelle. Au lieu de vous
poser des questions, passez à l’action !